Parole de Philippe Fretault, photographe de reportages professionnels et sociaux

Parole de photographe, c’est un entretien privilégié avec un photographe professionnel au savoir-faire affirmé. L’occasion de découvrir le parcours, le quotidien et les réalisations d’un photographe inspirant.

Pour ce dix-huitième Parole de Photographe, nous nous entretenons avec Philippe Fretault, photographe spécialisé dans toutes les formes du reportage depuis plus de 20 ans.

Son parcours

Bonjour Philippe, et bienvenue dans ce dix-huitième Parole de Photographe. Avant toute chose, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Bonjour Pierre-Louis, je m’appelle Philippe Frétault, je suis installé à Louveciennes en région parisienne. J’exerce en profession libérale. Mon domaine d’activité est orienté principalement vers le spectacle ainsi que le sport. En matière de spectacles, mes clients sont des producteurs qui font appel à moi pour leur communication : affiches, dossiers de presse, programmes, merchandising, etc…

Parallèlement, je couvre le championnat de France Elite de water-polo, ainsi que l’Equipe de France. Des entreprises également me font travailler dans d’autres domaines, pour leur communication interne ou externe.

En dehors de la photographie, as-tu des hobbies particuliers ?

En dehors de la photographie, la peinture, l’histoire médiévale et les promenades dans la nature font partie de mes loisirs favoris.

Entrons dans le vif du sujet : depuis combien de temps pratiques-tu la photographie ?

J’ai eu mon premier appareil reflex à l’âge de 12 ans. Il n’y a pas eu à proprement parler d’élément déclencheur, juste une passion pour l’image depuis toujours et la certitude que je travaillerai dans ce domaine. Pour répondre à ta question, je pratique donc la photographie depuis 36 ans (!), mais concrètement je vis de mon métier depuis maintenant 20 ans.

Avec une si longue pratique de la photographie, quelles ont été les principales étapes de ton parcours professionnel ?

Mon parcours est la réunion de deux passions : la photographie et le spectacle. Après mes études dans l’audiovisuel, l’activité de ma première société était la réalisation de films, courts-métrages et films institutionnels. Je suis ensuite parti dans le spectacle. Nous produisions un spectacle musical au Théâtre du Gymnase à Paris. Je suis revenu à la photographie quelques années plus tard, bien qu’elle ne m’ait jamais réellement quitté.

D’abord embauché en tant que responsable d’un magasin photo à Versailles, j’ai ensuite repris ce magasin à mon compte. Je partageais alors mon temps entre le magasin et les reportages. J’ai ainsi développé l’activité « mariage ». Nous étions présents au Salon du Louvre ainsi que celui de la Porte Champerret, je communiquais beaucoup dans la presse spécialisée, et avais noué des partenariats. Nous réalisions en moyenne 80 mariages par an. Je m’étais naturellement entouré pour cela d’une équipe, nous étions quatre sur le terrain.

En 2000, suite à la rencontre avec son Directeur, je suis devenu le photographe officiel du Théâtre Montansier de Versailles ; cette aventure a duré pendant treize ans jusqu’en 2013, période pendant laquelle Jean-Daniel LAVAL a dirigé admirablement cette belle maison. Il y avait chaque année de nombreuses créations, j’ai pu apprendre et faire mes premières armes dans la photographie de spectacles. Cette collaboration a vraiment beaucoup compté pour moi, professionnellement et humainement.

En 2004, une autre rencontre a également beaucoup compté. Par l’intermédiaire d’un ami commun, j’ai fait la rencontre du producteur des Grands Ballets de Tahiti, qui a été notre première collaboration. De nombreux autres spectacles ont suivi : Irish Celtic, Soy de Cuba, Bollywood, African Footprint, Dirty-Dancing… Cela m’a amené à énormément voyager dans tous ces pays, et également à accompagner les tournées en France ou ailleurs. La découverte de toutes ces cultures fut un véritable enrichissement.

Par ailleurs, depuis quatre ans, j’exerce également dans un autre domaine : le water-polo. J’accompagne l’Equipe de France pour la Fédération Française de Natation, et je couvre le Championnat de France Elite. J’ai crée une page FB « WPinside » dont l’objectif est modestement de faire connaître ce sport trop absent des médias. Je travaille beaucoup avec le CNN, club pro francilien.

Son style

A travers ce parcours très riche en expériences, voyages et en domaines d’intervention, as-tu cherché à te construire un style propre ?

Lorsque j’ai commencé, j’étais très impressionné par Brassaï, Roger Schall. L’univers de ces photos de nuit me parlait, m’attirait. Ce sont des références auxquelles j’ajouterai la peinture de Pissarro et des impressionnistes.

Il est très difficile de parler de soi (surtout après avoir cité ces artistes !…) En réalité, je pense qu’à l’instant même où vous présentez une photographie, elle ne vous appartient plus. Chacun la reçoit et l’interprète selon sa propre sensibilité. La définition d’un style appartient davantage au spectateur qu’à l’auteur.

Néanmoins, sur la forme, je suis très attaché au graphisme. Sur le fond, c’est l’émotion que suscite une situation ou un lieu qui m’importe plus que sa retranscription. La photographie n’a pas vocation à être uniquement un témoignage. Peu importe si elle est une représentation stricte de la réalité. Je crois que le travail du photographe est bien évidemment de savoir saisir l’instant T, mais pas seulement. La photographie doit porter un message, fixer un sentiment, transmettre une émotion.

Ses anecdotes

Quel est ton meilleur souvenir associé à ton activité ?

Il est difficile de répondre précisément : des souvenirs j’en ai beaucoup, sans doute comme chacun d’entre nous dans nos activités respectives. Il n’y a pas de hiérarchie.

Je me souviens d’un vol en hélicoptère au-dessus de Bora-Bora pour réaliser des photos destinées à la promotion des Grands Ballets de Tahiti. Les shootings avec les danseurs et danseuses de Soy de Cuba dans les rues de la Havane. L’ambiance des coulisses dans les Zéniths au moment du « noir salle », c’est à dire le moment ou la lumière s’éteint dans la salle. En réalité, au-delà de la photographie, ce que je retiens ce sont surtout les rencontres, les complicités, et les moments de partage.

En effet, la photographie est un métier social où les relations humaines occupent une place primordiale. Aurais-tu, dans la même logique, une photographie marquante à nous partager ?

Il est déjà parfois très compliqué de faire des sélections, alors n’en choisir qu’une seule !…. Néanmoins il y a cette photo réalisée dans les coulisses du Théâtre Montansier à Versailles. Je l’ai faite alors que la moquette de la salle devait être changée. Un événement à priori pas vraiment photogénique. Et pourtant en passant sur le plateau, j’ai pu y découvrir tous les fauteuils alignés, rangés comme si la scène était devenue la salle, et inversement. Le cadre de scène était devenu le cadre de la salle. Une sorte d’effet miroir. Il y a d’autres photos ou situations auxquelles je pense, mais il est vrai que je tiens beaucoup à cette photo.

Ses projets

Nous arrivons déjà à la fin de ce dix-huitième “Parole de Photographe”. L’occasion de nous parler de tes projets dans les mois à venir !

A défaut de fréquenter les salles de spectacles du fait de la crise sanitaire qui est une catastrophe pour le domaine culturel, je travaille déjà depuis quelques mois (années) sur un livre consacré à mes photos de spectacles. Plutôt qu’un catalogue de photos, j’ai souhaité les remettre dans leurs contextes en donnant la parole aux artistes, producteurs, aux personnes concernées. L’idée étant de partager avec le lecteur ces expériences vécues de l’intérieur. J’ai donc réalisé un certain nombre d’interviews, la sélection des photos est prête. Il me reste à organiser tout ça, vaste programme…

Parallèlement, je travaille également sur une exposition qui verra le jour l’année prochaine. Le spectacle n’en sera pas nécessairement le thème, mais il est trop tôt pour en dire plus.

L’activité actuelle et des mois à venir sur le terrain se passe autour des bassins de water-polo, et avec des entreprises qui souhaitent développer leur communication.

Un dernier mot ?

Merci. Merci à Label Photographie de mettre en valeur et défendre les intérêts des photographes dont c’est réellement le métier. Et bien sûr, merci de m’avoir ici donné la parole !

Où trouver Philippe Fretault ?

Vous aimez cet article ? Partagez-le !

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Découvrez les meilleurs photographes de spectacle de France

Trouvez le photographe professionnel qui répondra parfaitement à vos besoins en images

Découvrez d'autres "Parole de Photographe"

Une question ?
Nous avons sûrement une réponse à vous apporter
Nous sommes aussi sur messenger :
Souscrivez à notre newsletter

Ne ratez pas nos derniers articles

Bienvenue !
Nous sommes heureux de vous revoir :)
Connectez-vous

Pas encore membre ? Inscrivez-vous ici !